12/10/2018

05/09/2018

16/07/2018

Please reload

Posts Récents

Summertrip19 : La route des étoiles

26/08/2019

1/10
Please reload

Posts à l'affiche

Un jour j’irai à New York avec toi

09/02/2019

 

 

Sinatra, Téléphone, Sting. Ce n’est pas les noms d’artistes qui manquent lorsqu’on évoque cette ville. La liste pourrait encore s’allonger si on étend le domaine aux séries et au cinéma. Ah… New York… Plus qu’une ville, une icône. Je dirais même, un mythe ! Et encore plus lorsque la magie de Noël s’invite et qui donne cette ambiance toute particulière à la Grosse Pomme, la ville qui ne dort jamais.

 

Et c’est peu de le dire. Les transports tournent 24h/24, mais ça, vous le saviez déjà. Les magasins ferment tard, voire très tard. Mais le plus drôle sont les décorations de Noël en mode spectacle son et lumière toutes les 15 minutes qui vous mettent directement dans l’ambiance. Et dire que Noël est sacré aux Etats-Unis, est loin de la réalité. C’est fucking amazing sacré ! Pour vous dire, nous voulions assister à l’illumination du sapin au Rockfeller Center mais impossible d’y accéder tellement il y avait du monde. On l’a donc suivi à la télé avec des coupures pub toutes les 5 minutes. C’est une vraie institution à New York. Les avenues adjacentes sont fermées à la circulation et je ne vous raconte pas le détour que l’on a dû faire pour rejoindre notre hébergement. Bien sûr, chaque boutique est décorée en conséquence et les chants de Noël raisonnent partout. Du moins dans les quartiers commerçants. Et les animations ne manquent pas. L’ambiance est digne des « supers » téléfilms que l’on retrouve à la télé à cette période. Bref. Vous l’aurez compris, si le froid ne vous fait pas peur, New York au moment des fêtes est un incontournable.

 

Pendant qu’on est sur les incontournables, vous imaginez bien qu’on n’est pas passé à côté des endroits mythiques que sont le Top of The Rock, Central Park, le World Trade Center, un petit coucou à la statue de la liberté, l’Empire State Building (of mind), Times Square et même une messe gospel à Harlem (avec coupure pub incluse !). Le problème avec ces endroits, c’est qu’on les a tellement vu au cinéma, dans les séries ou autres que vous les connaissez déjà. Au premier abord, ils ne vous surprennent pas. Il faut aller chercher les petits recoins, se perdre dans Central Park, visiter les différentes galeries du Rockfeller, pour chercher le petit détail qui fera la différence. Vous pourrez y trouver une architecture oscillant entre le gothique et le moderne dans ce dernier, un petit coin où se poser dans Central Park très peu fréquenté et pourtant plein de charme, s’attarder sur des sons sur Times Square qui ne sont pas issus du métro. Il est donc tout à fait possible de découvrir un New York insolite dans ces places mythiques. Et ça, je vous laisse les découvrir par vous-même. C’est un peu le but du voyage, non ? Un indice, ouvrez les yeux, furetez. Et surtout, n’hésitez pas à lever la tête. Et oui. New York est une ville tout en hauteur.

 

Et d’un point de vue photo, cela donne quoi. Je ne vous cache pas que le travail n’a pas été aussi simple pour moi. Plusieurs projets à gérer. Une commande qui a été honoré. De l’autre mon projet « contrasté » shooté en argentique à la Washi S et le dernier, une collaboration avec un artiste peintre, David D3. Mes photos lui serviront de supports. Et comme déjà dit auparavant, il y aura un article dédié à ce sujet, une fois le projet bien avancé. Revenons-en à « Contrasté ». La Washi S est une pellicule noir et blanc peu sensible (50 iso) et carrément insensible au rouge. Cela donne des contrastes très très très forts et aboutit très vite à une dichotomie entre le blanc et le noir. Il faut donc forcément faire un choix. Ce que je voulais montrer avec cette pellicule, c’est surtout le fait que ce qui nous entoure est tout en nuance. Rien n’est ni tout blanc, ni tout noir. Et cette absence de nuance se remarque tout de suite. Elle choque. Elle interpelle. Je cherchais donc des lignes fortes, voir des symboles (l’ONU en tête…) pour trancher. Et quoi de mieux que New York pour ça. Elle joue énormément avec les ombres et la lumière. Je pense bien sûr continuer ce projet dans d’autres endroits du monde. Mais le début est déjà très encourageant pour moi.

 

J’en ai aussi profité pour shooter à la Portra 400 de Kodak. Qu’est-ce que j’adore ce rendu ! Couleurs très naturelles avec une belle amplitude de travail. Les contrastes sont équilibrés. C’est ma pellicule couleur préférée. Certains me diront : « Mais tu peux faire la même chose en numérique ! ». Certes. Mais cela prend pas mal de temps pour recréer les petites imperfections ici ou là. Et le fait de travailler en argentique me force à prendre plus de temps sur ma photo. Cela donne un côté intemporel aux rues de New York. Et malgré le froid qui y faisait, je trouve qu’elle réchauffe un peu tout ça. Comme pour « Contrasté », je vous laisse voir ça dans la galerie. Pour cette pellicule, j’étais plus dans une démarche streetphoto. Pour les amateurs de ce genre photographique, New York est une ville de choix. Entre les contrastes de lumières et de situations, il y a de quoi faire. Entre les différentes architectures qui s’entrechoquent, ses rues plongées dans la pénombre alors que le haut des gratte-ciel baigne dans la lumière. Il y a de quoi faire. Ma photo préférée de cette « série » est celle de la mère et de sa fille sur la balançoire. L’histoire est simple, belle tout simplement. C’est pour cela d’ailleurs que je l’ai choisie pour illustrer cet article.

 

Je ne vous cache pas que j’ai longtemps hésité avec celle des parcs à huîtres sur Staten Island. Quoi ? Des huîtres à New York. Et oui ! Par contre, je vous arrête tout de suite. Vous ne les trouverez jamais sur vos tables à Noël. Elles sont impropres à la consommation. Leur rôle est de filtrer l’eau afin de dépolluer cette dernière. Cette action s’inscrit dans un plan environnemental beaucoup plus global. Cette photo aura été un vrai défi technique pour moi. Pas de trépied, pas de filtre ND et je voulais à tout prix faire une pose longue pour lisser l’eau. Fallait déjà trouver un endroit où poser l’appareil. Pas de chance, tous les rebords étaient arrondis. J’ai donc calé l’appareil comme je pouvais contre moi en le maintenant fermement. Ensuite, pas de filtre… Heureusement pour moi la lumière déclinait. J’ai donc pu jouer avec ça. Mine de rien, je trouve le résultat fort réussi ! Quand on veut, on peut ! Je crois que c’est valable pour beaucoup de chose.

 

Pour terminer cet article, je ne peux pas parler de New York sans vous donner quelques endroits sympathiques pour manger ou dormir :

 

- YMCA, Auberge de jeunesse avec salle de sport, piscine, chambre individuelle si vous le souhaiter et tout ça, en plein Midtown, à proximité de Central Park, du Rockfeller Center, de Times Square, de l’Empire State Building et tout et tout. Bon rapport qualité/prix.

 

- The Press Box et tous les restaurants de la 2nde Avenue. C’est là-bas que vous retrouverez tous les types de cuisine du monde : de la pizza New Yorkaise, aux pubs (The Press Box en tête) en passant par les Tex Mex. Vous y trouverez forcément un établissement à votre goût. Et dans toutes les gammes de prix !

 

- The Comfort Dinner et pas mal de dinner autour de Grand Central pour le petit dej'.

 

- Junior pour les Cheese Cakes.

 

- Bill au Rockfeller Center pour les burgers et éventuellement une bonne bière locale.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Retrouvez-nous